Miraculée

Je me fracasse sur le bitume,
Ca vous angoisse cette apathie.
J’ai la tête dans la brume
Quand l’horloge sonne l’accalmie. 

 

Et soudain tout devient très clair.
Encore une TS qu’on a freiné
Vous ne prenez plus cela à la légère,
Mais mon mal-être m’a décimée…

 

Et je me tourne alors vers toi : 
Dieu, que j’ai toute ma vie ignoré.
Je veux retrouver la foi,
Puisqu’on me dit miraculée.

 

Cette envie de me battre et continuer,
Dichotomie avec ce désir de me foutre en l’air,
Susurre à mon coeur le besoin d’aimer 
Et la nécessité de rester sur Terre.

 

Les pensées se bousculent
Quand mes erreurs se font ressentir.
Mon cerveau me dit : « recule »,
Mon âme elle tente encore d’sourire.

 

C’est cette ambivalence qui m’habite,
C’est la naissance d’un « encore ».
Puisque la vie est un mérite,
Que je découvre au seuil de la mort

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *