A volonté

La tête dans les étoiles,
L’âme en transit entre deux voyages,
Sous le soleil brûlant je dévoile,
Mes envies aux plus beaux présages.

 

Je laisse sur le bord du chemin escarpé,
Mes pleurs et mon sac d’agonie.
Mais ce n’est pas avec crainte que je refais les années
Suspendue aux heures de cette sombre apathie.

 

Tout me revient alors en plein visage,
La souffrance que je traîne comme un boulet.
Mais il est temps pour moi de laisser ces âges
Au passé, et de saisir en plein vol la gaieté.

 

J’anime alors mon corps éteint
D’une petite danse sur les vallées d’Irlande.
Tout en moi devient soudainement sain.
Le fond et la forme en adéquation me transcendent.

 

Mes silences ne sont plus de la partie,
Ce sont des cris de joie qui émanent de ce corps.
Et si les nuages tentent de m’assombrir,
Ils ne parviennent pas à ternir mes « encore ».

 

Puisque le bonheur est à présent au rendez vous,
Et que rien ni personne ne pourra s’interposer
A ces élans d’euphorie qui brûlent et me saoulent,
De bien-être et de sourires à volonté.

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *